Pierre angulaire de la mode ethnique, le Stone Wash est bien plus qu’une finition. Argument de style, d’originalité et de modernité, il s’ouvre, pourtant, vers la nostalgie du look vintage, notamment pour son dégradé de couleurs, rappelant le rush des années 90. Aujourd’hui, l’Inde s’affirme comme principal ambassadeur du Stone Wash où les industriels restent fidèles à la technique ancienne, gage d’une qualité de notoriété mondiale.

Le Stone Wash : son histoire et son procédé

Remontons quelques années en arrière pour comprendre la base de cet art et son procédé originel.

Le Stone Wash : en quoi cela consiste ?

En termes simplissimes, le Stone Wash est une méthode de traitement de textile à des fins d’ergonomie et de design. En effet, cette technique cherche, en amont, à assouplir le tissu de manière à ce qu’il devienne particulièrement souple et confortable ; et à créer un effet vieilli et usé qui rappelle la mode d’antan, en aval.

Originellement, le Stone Wash, comme ce que suggère son appellation, consiste à laver le tissu avec de la pierre ponce, un élément d’origine volcanique qui se distingue par sa légèreté et sa forte porosité. Ainsi, selon l’effet de souplesse et d’usure souhaité, les artisans modulent la quantité et la température de l’eau et de la pierre utilisées pendant la procédure.

Le Stone Wash : son histoire

Le stone wash, un savoir-faire à l’indienne

Bien qu’aucune source précise ne permette d’identifier la véritable origine du Stone Wash, les faits démontrent que cette technique a vu peut être le jour en Inde il y a déjà fort longtemps. Avec la tendance des vêtements d’inspiration ethnique délavés, c’est vers la fin des années 90 et le début des années 2000, l’augmentation de la demande est telle que plusieurs industriels de New Delhi et des régions voisines se sont lancés dans ce secteur devenu florissant. C’est ainsi que la finition Stone Wash accompagnait quasiment toutes les pièces du dressing, des chemisiers aux robes, des pantalons aux sarouels, des vestes aux liquettes, etc.

Près de deux décennies plus tard, seuls les meilleurs industriels de l’Inde ont pu survivre au point qu’ils se comptent aujourd’hui par unité. L’un d’eux dont on ne mentionnera pas le nom, par souci de neutralité, compte quelque 500 employés et est régi par la charte éthique imposée par ses partenaires, dont la plupart sont occidentaux.

Les déclinaisons de la technique du Stone Wash

Outre la technique traditionnelle consistant à assouplir et à délaver le tissu en le lavant et en le brossant avec de la pierre, plusieurs autres variantes ont vu le jour avec le temps ; bien que ce procédé traditionnel est toujours pratiqué.

L’usage du Bleach

Cette technique consiste à accélérer le procédé pour obtenir rapidement l’effet escompté. Pour ce faire, après avoir frotté le tissu avec des pierres pour l’assouplir, les industriels utilisent des agents de blanchiment, à l’instar du chlore ou du permanganate de potassium, pour obtenir en un rien de temps l’effet vieilli et délavé. Ce sont ces éléments chimiques que l’on nommera bleach.

Le Brush

Cette fois, au lieu de travailler le tissu avec des pierres ponces, l’on frottera la toile avec du papier de verre abrasif. Cette technique se fait manuellement et cela produit bien son rendu souple et usé à la manière vintage. Ce procédé est également connu sous le nom de technique du brossage.

Le Sandblasting

Cette méthode aujourd’hui interdite en Turquie reste de rigueur dans beaucoup de pays du monde. En gros, cela consiste à remplacer les pierres par du sable que l’on projette sur le tissu pour le ramollir et le vieillir.

Le WattWash

Plus futuriste, le WattWash sera probablement le Stone Wash de demain. Résultant des travaux de recherche de Marithé et François Girbaud, c’est un procédé qui propose de remplacer les pierres ponces par des lasers et de réduire jusqu’à environ 88 % le volume d’eau nécessaire. Reste à savoir si le futur s’ouvrira à la technologie ou donnera encore sa chance aux techniques traditionnelles qui ont fait leur preuve en matière d’efficacité.

La technique dite du tambour

Elle consiste à utiliser de grosses machines à laver remplies de pierres ponces ou de polystyrène selon les cas. Le tissu déjà assemblé tournera donc dans ces énormes machines lentement jusqu’à obtenir l’effet recherché. On peut également y introduire, mélangé avec l’eau, des ingrédients devenant chlorant d’origines naturelles.

Le Stone Wash dans l’univers de l’habillement

Comment le Stone Wash se concrétise sur les vêtements que l’on aime bien porter ? Quand ces techniques artisanales prennent forme sur les pièces que l’on porte, l’on obtient un design unique, avec un petit accent vintage, agrémenté par le savoir-faire indien.

Si de nombreux vêtements revêtent aujourd’hui une finition Stone Wash, les engouements des fabricants et des commerciaux se tournent particulièrement vers les robes et les chemisiers brodés, des intemporels de la mode qui se revisitent chaque saison. Ceci n’est guère étonnant dans la mesure où l’allure usée et délavée du Stone Wash a ce don de sublimer les détails tels que la broderie, les coutures, les boutons, etc.


Quelques points pratiques sur le Stone Wash

• Matière : Le Stone Wash se prédestine particulièrement pour les tissus en coton et en viscose ou rayonne.
• Avantage : Outre le design et la souplesse du tissu, la finition Stone Wash prévient les accidents de décoloration au cours du lavage étant donné qu’il n’y a quasiment aucun risque de dégorgement de couleurs si la technique est employée dans les règles de l’art.

Les chemisiers brodés stone wash, un savoir-faire à l’indienne